Coopérative Femmes de Casablanca, Chouada, Casablanca

La coopérative se situe dans le quartier populaire de Casablanca appelé Roches Noires. Ici, l’association SOS Village d’enfants a pu aider des femmes, des mères en difficulté, en leur donnant les moyens de construire une activité génératrice de revenus. Les financements de l’INDH (Initiative Nationale pour le Développement Humain) ont permis de leur mettre à disposition des locaux ainsi que cinq métiers à tisser horizontaux (trois traditionnels et deux modernes). Les femmes de la coopérative ont appris à utiliser ces outils pour créer de magnifiques produits textiles comme des sacs, des écharpes, des nappes, etc… Soleterre a aidé les femmes à suivre toutes les procédures pour se constituer en coopérative en Juillet 2010.

Coopérative Tamsna, Berrechid

Tamsna est une coopérative créée en été 2006 avec l’aide de Soleterre. La coopérative dispose d’un magasin et d’un atelier de travail de 15m2, des machines à coudre et de surjet. Toutes les femmes de la coopérative habitent à Berrechid et peuvent accéder sans problème au lieu de travail. Cette activité est leur seule source de revenus. Les créatrices ont été capables de réaliser une collection textile qui marie à la perfection la tradition marocaine avec un design plus moderne. Sacs, pochettes, vêtements et bijoux finement travaillés constituent les produits principaux de la Coopérative Tamsna.

Coopérative Femmes de Settat, Settat

Après des séances de sensibilisation visant à promouvoir la constitution de nouvelles coopératives, douze femmes de Settat ont décidé de mettre à profit leur expérience maturée dans le secteur industriel en valorisant la tradition artisanale marocaine de la région Chaouia Ouradigha. La coopérative est donc née en 2010. Les produits de cette coopérative sont pensés par des femmes pour les femmes. On y retrouve des sacs, des nappes, des verres à thé et de nombreuses autres idées pour la maison.

Coopérative El Kheir, Beni Klough, département de Settat

Cette coopérative, née en 2005 est la plus ancienne du réseau « Boutiques du soleil ». Les femmes membres sont toutes originaires d’un petit douar rural, dans la zone de Beni Meskine, une des plus pauvres de la région Choaouia Ouradigha.

Association nationale du développement durable et la coopération internationale (ANDDCI)
Oued Zem, département de Khouribga

Née en 2009 cette jeune association a pour but d’améliorer les conditions de vie de la population qui habite les bidonvilles de Oued Zem. Oued Zem se trouve à 72 Km de Beni Mellal, dans la région de Chaouia Ouradigha. L’UNCTAD (United Nations Conference on Trade and Development) a identifié plus de vingt quartiers de la ville (Hay Massira est le plus grand) où la population vit dans des conditions précaires, insalubres et sans infrastructures. Oued Zem a été donc englobé dans le programme national « ville sans bidonvilles ». Les personnes concernées par ce projet sont à peu prés 200, dont 70% sont des femmes. Une vingtaine de femmes de l’association, spécialisée dans la fabrication de tapis à motifs géométriques typiques de l’artisanat local, a demandé à l’ODCO de se constituer en coopérative.

Association Béni Zemmour (ABZ)
Boujaad, département de Khouribga

L’association Beni Zemmour a pour but le progrès social et culturel, et l’intégration de la femme comme actrice de son propre développement. Les femmes de l’association maîtrisent les anciennes techniques de travail de la laine et la teinture naturelle des filés. Ce savoir-faire spécifique a été valorisé par le programme PASC I – Projet d’Appui à la Société Civile en soutien à l’Initiative Nationale de Développement Humain, financé par la Coopération italienne et géré par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) au Maroc. La production de tapis de Boujaad est fortement caractéristique d’une tradition très ancienne. Un groupe de femmes a décidé de présenter un dossier pour se constituer en coopératives et produire ces tapis.

Association Likaa, Daroua, Casablanca

Le village de Daroua est un ancien site militaire qui a été récemment annexé à la région de Chaouia Ouardigha. La migration interne urbain-rurale a provoqué une expansion désordonnée du tissu urbain et l’augmentation de familles vivant dans les bidonvilles (plus de mille familles). Le Ministère de l’habitation et de l’urbanisme a lancé le programme “villes sans bidonvilles” qui prévoie d’assigner un lot de 70mq à chaque famille du quartier pour construire sa propre maison. Trois cent femmes des bidonvilles de Daroua bénéficient des programmes de l’association Likaa, née en 2004. Celle-ci organise des cours d’alphabétisation pour les femmes et les enfants, des formations en informatique et couture, en collaboration avec l’Entraide national. Les femmes spécialisées dans le travail de « Lakaad », nœuds de djallaba, ont présentée la demande pour se constituer en coopérative.